Notre philosophie

Ce vignoble, c'est aussi une histoire de famille, celle d'un père autodidacte qui a su transmettre sa passion à son fils sommelier. La volonté de ce jeune vignoble est de mettre en avant la région et son terroir : le vin québécois doit être l’expression du terroir local et non l’imitation d’un autre. Nous sommes fiers de produire des vins de climat froid, sur la fraîcheur et la tension. Notre vignoble est à taille humaine, et la production artisanale se fait dans le souci du respect de notre environnement. Nous devons faire partie d’un équilibre avec la matière végétale et donc l’observer et la comprendre. Pour que notre terroir s’exprime, nous croyons que nous devons utiliser des levures indigènes avec le moins d’intrants possible.

Historique

- 1983 : Luc plante sa première vigne à Saint-François- du-Lac (Centre du Québec)
- 1989 : son premier vin est produit
- 2010 : il achète une terre à Yamachiche et y plante de 4 000 pieds de vigne
- 2014 : premier millésime officiel, plantation de Chardonnay et arrivée de Robin
- 2015 : les vignerons plantent deux nouveaux cépages, du Pinot Noir et du Gamaret
- 2017 : un nouveau cépage est planté, le Savagnin ; David revient définitivement de France pour travailler au Domaine et l’équipe organise l’inauguration officielle du vignoble.

Pourquoi Yamachiche ?

Une des choses les plus importantes pour la vigne est le sol. Ici, le sol est plutôt argileux, comme l’était celui du micro-vignoble de Luc. De plus, le PH de la terre est neutre, ce qui est très rare au Québec. Il y a aussi un effet créé par le lac Saint-Pierre, qui protège le vignoble des gros orages, du gel de printemps et retarde celui d’automne.

Luc Beauchemin :

Autodidacte, il a commencé à s’intéresser au vin dès sa jeunesse. En plus d’être un excellent technicien agricole, il a appris à comprendre le fonctionnement des choses. Il a commencé aux côtés d’un vigneron français dès l’âge de 15 ans, qui lui a montré comment faire du vin de cerise - ce qu’il s’empressa de faire dans un placard, en cachette de ses parents, avant de poursuivre sa production ouvertement suite aux bons résultats obtenus. Dès lors, il a développé cette sensibilité à la fermentation et à la matière végétale. En 1983, il plante des vignes pour faire en 1989 son premier vin de raisin, ce qui fait de Luc un des pionniers du vin au Québec. S’il a toujours été celui qui fait les vins, il enseigne maintenant à d’autres comment les faire.